• Fri. Dec 9th, 2022

mastipico

Music is life

Le piano de la Gare Lille Flandres, ce drôle d’aimant à beaux moments

Bymastipico

Oct 29, 2022


Il y a quelques jours, une chorale professionnelle, victime d’un retard de train, en a profité pour faire chanter toute la gare Lille Flandres autour du piano. L’occasion d’aller voir ce qui s’y passe.

En concert au début du mois au Zénith de Lille, la chorale des 150 chanteurs qui accompagnait le compositeur Joe Hisaishi, s’est retrouvée coincée quarante-cinq minutes à la gare Lille Flandres, suite à un retard de train. Au lieu de se plaindre, pour rendre le temps moins long, les artistes se sont mis en tête de faire chanter tous les passagers à quai, autour du piano. La scène filmée a circulé sur les réseaux sociaux, Tik tok en particulier, obtenant plus de 100 000 « j’aime ». Elle a même fait des jaloux, suscitant des commentaires drôles : « Tu ne peux pas venir à Bordeaux ? Je n’en peux plus des gens qui jouent Lettre à Elise », supplie Romane. « Nan mais Lille, c’est un autre monde, clairement ».

Ce n’est en effet pas la première fois que la gare Lille Flandres est le théâtre de spectacle improvisé. C’est même de plus en plus courant. Pas plus tard que ce vendredi, une autre chorale animait le hall. « On était en formation dans les bureaux, on les entendait de là-haut ! On serait bien descendus en profiter ! », témoigne une agente de la SNCF.

Autour du piano, depuis que l’opération « piano en gare » existe, il y a toujours un musicien amateur ou pas, plus ou moins jeune, pour passer du temps sur l’instrument en attendant un train, tenter de se trouver un public, ou pour profiter du libre-service, n’ayant pas de piano à la maison par exemple. Un phénomène qui semble se renforcer. Qui sont donc ces pianistes de gare ? Portraits.

Pianistes de la gare Lille Flandres: qui sont-ils?

Yacine, 19 ans, étudiant à sciences Po.

Yacine n’a pas de piano chez ses parents. Il vient à la gare tous les jours pour s’entraîner, caressant le rêve de devenir pianiste professionnel.
Yacine n’a pas de piano chez ses parents. Il vient à la gare tous les jours pour s’entraîner, caressant le rêve de devenir pianiste professionnel.

« Je suis autodidacte, je n’ai pas appris la musique, mais je mets tout en œuvre pour pouvoir devenir pianiste professionnel. Je vis chez mes parents, je n’ai pas de piano chez moi, ce n’est pas du tout leur univers, alors je viens ici tous les jours, depuis trois ans. Je mets tout en œuvre pour atteindre mes rêves, je travaille beaucoup. J’ai repéré tous les pianos en ville en libre-service, la cafet de science po, la bibliothèque… Quand je joue dans la gare, je ne fais pas forcément attention au public, je suis dans ma bulle, par contre, je fais énormément de rencontres. Nous sommes plusieurs pianistes à nous retrouver ici, à force, on se connaît tous, on a même un groupe sur Whatsapp. »

Rylles, 19 ans, étudiant infirmier et Yann, 19 ans, étudiant en arts et musicologie

Rylles et Yann sont devenus amis grâce au piano de la gare.
Rylles et Yann sont devenus amis grâce au piano de la gare.

Rylles : « Mon père est pianiste professionnel. J’ai un piano à la maison et je ne joue ici que quand j’ai un train à prendre, pour patienter. Il se passe toujours quelque chose. À la Braderie de Lille par exemple, j’ai joué, et il y avait au moins cinq cents personnes autour de moi. C’est ici qu’on s’est rencontrés avec Yann, il y a deux mois et depuis, on se croise souvent, par hasard. D’ailleurs, on découvre qu’on va prendre le même train, là ».

Yann : « Moi, j ai juste un synthé chez moi. Je me suis mis au piano cet été et je viens m’entraîner dans la gare environ quatre fois par semaine. On se retrouve souvent à quatre ou cinq pianistes, on échange. Parfois, il y a des gens qui dansent ou qui se mettent à chanter avec nous. Mon meilleur souvenir, c’est quand on a joué Clocks (Coldplay) à deux, avec Rylles »

Mickaël, 10 ans, belge, accompagné de son papa

Mickaël s’apprête à prendre un train avec son père. L’occasion de jouer ses compositions personnelles.
Mickaël s’apprête à prendre un train avec son père. L’occasion de jouer ses compositions personnelles.

« Je vais prendre un train avec mon père et je joue à chaque fois que l’occasion se présente. J’apprends le piano depuis que j’ai 4 ans, ça m’apporte de la joie, de la confiance en moi. Jouer dans la gare, ça me fait passer le temps. »

Pédale cassée exprès, volume au minimum: pourquoi?

Depuis quelques mois, le bouton permettant de régler le volume du piano électrique de la gare est cassé. Dans un tweet, Quentin interpellait déjà la SNCF fin août pour le signaler. Laquelle SNCF répondait que la doléance serait transmise au service clients. Mais depuis, rien n’a été réparé, pire, la pédale a, elle aussi, été sabotée. Pour les pianistes, ces faits seraient l’œuvre des agents SNCF eux-mêmes qui souhaiteraient baisser le son du piano pour limiter les nuisances sonores. Ce qui désole nos artistes en herbe : « Des agents nous disent régulièrement de baisser le son. S’ils mettent un piano, il faut qu’ils l’assument », souffle Yann. Sur Whatsapp et Messenger, les pianistes de la gare de Lille communiquent entre eux : « sur les réseaux sociaux, ils disaient que si la SNCF acceptait de réparer la pédale, ils viendraient tous ensemble fêter ça ! » On espère qu’on sera prévenus.





Source link

Leave a Reply

Your email address will not be published.